Les pulsions alimentaires ...émission du 2 octobre 2008

Publié le par Joëlle Le Guehennec

LES PULSIONS ALIMENTAIRES

Emission Bien-être du 02 octobre 2008

Direct8 (TNT ou internet)

 

 

"Le plus sur moyen de résister à la tentation, c'est d'y succomber"

Oscar Wilde

 

On observe trois formes de pulsions alimentaires :

 

Le grignotage est une prise alimentaire en petite quantité, sans faim, répétitive, voire permanente, qui survient plusieurs fois dans la journée. Le grignotage  comble l’ennui ou sert à calmer une angoisse. Socialement admis, il ne s’accompagne pas de culpabilité.

 

Le craving (de l’anglais « crave » : affamé)  est une envie brutale de manger. C’est une pulsion alimentaire difficilement contrôlable, qui pousse à manger de toute urgence un aliment très apprécié pour obtenir un plaisir immédiat (chocolat dans 40 % des cas) et qui entraîne un sentiment de forte culpabilité. C’est aussi un phénomène d’adaptation au stress.

Chez les adolescents, 22% des filles et 17% des garçons sont victimes de craving. On entend par pulsion un besoin lancinant et immédiat, une idée fixe qui obsède jusqu’à troubler le jugement.

Cette réponse au stress peut dépasser son but, devenir excessive et aboutir à la boulimie.

 

La boulimie est un véritable trouble du comportement alimentaire. Elle se caractérise par une compulsion alimentaire irrépressible, avec une consommation alimentaire très importante, qui s’effectue la plupart du temps en cachette, accompagnée de vomissements et suivie d’une culpabilité très forte. Ce trouble est l’expression, d’un mal-être : manque de confiance en soi, sensation d’abandon, d’imperfection, de vide affectif. La crise s’accompagne de comportements compensatoires pour éviter de perdre du poids : vomissements, provoqués, prise de laxatifs ou de diurétiques, voire des phases de jeûne et d’exercices physiques intensifs. Ces phases d’hypercontrôle aboutissent parfois à l’anorexie. Cette anorexie (de pronostic bien plus grave, car parfois mortelle) et la boulimie coexistent souvent chez un même sujet.

 

 

 

L’alimentation doit combler 3 besoins:

1- nourrir l’organisme pour ses besoins vitaux

2- nourrir sa tête en apportant du plaisir

3- nourrir son cœur en partageant son repas (le repas rassemble la famille, les amis)

 

Quand on néglige un de ces besoins :

1-     soit en se mettant à faire attention, pour une raison ou une autre à son poids, l’apport nutritionnel devient insuffisant, se carence. Se déséquilibre !

Les personnes qui se mettent au régime en se privant, s’habituent à consommer moins de nourriture et finissent par ne plus maigrir car leur organisme, programmé pour résister à la disette, stocke la graisse, même si les apports sont limités. Il s’agit là d’un paradoxe tout à fait avéré.

2-     on se prive de plaisir pour manger « sain », on se prive, on se frustre, puis on finit par craquer. Et si on se fait plaisir mais en culpabilisant, le corps enregistre ce sentiment comme une restriction, une frustration…et il stocke…et il en redemande…

Or on contrôle la frustration un certains temps, puis le corps se met en urgence ; il a besoin de carburant pour avancer et c’est la pulsion alimentaire, incontrôlable car trop longtemps ignorée.

Il est donc nécessaire pour ne pas perdre ce contrôle d’intégrer du plaisir dans son alimentation, avec mesure.

3-     Par manque de temps, excès de stress,…, on mange en vitesse, on ne prend plus le temps de partager son repas,… Ou alors on vit seul, et on mange devant la télé.

 

 

 

Pour stopper les pulsions alimentaires, il est absolument nécessaire de rééduquer ses habitudes alimentaires, en se faisant aider par un naturopathe qui va mettre en place un programme d’hygiène vital  individualisé, avec

-      rééquilibrage alimentaire

-      comblement des carences (vitamines, oligoéléments, magnésium) avec son médecin ou son naturopathe

-      gestion du stress voire relation d’aide avec un psychothérapeute

-      compléments alimentaires pour soutenir (coupe-faims naturels par ex).

 

   

Quelques trucs pour combattre la  pulsion qui arrive

-      boire un verre d’eau tiède

-      mâchonner un bout de cannelle

-      se préparer un lait végétal (amande, noisette, riz, quinoa) avec de la vanille

-      sentir des HE de benjoin ou de bergamote

-      trouver une occupation de substitution : activité physique régulière par exemple qui aide à évacuer le stress

-     

 

 

La véritable anomalie glandulaire ne concerne qu’environ 2% des obèses

et les troubles physiologiques aux alentours de 10%.

 

Les autres causes sont liées au psychisme :

-      La pulsion alimentaire est souvent liée au stress. La nourriture est utilisée comme calmant ou comme antidépresseur

-      Se remplir pour grossir permet de se protéger des attaques extérieures. C’est une cuirasse que l’on met en place

-      Il peut aussi s’agir d’une sensation de vide que l’on a besoin de remplir pour éviter d’avoir à regarder au fond de soi.

 

 

 

Joëlle Le Guehennec

Naturopathe, aromatologue

Joelle.leguehennec@gmail.com

Commenter cet article